Performance transversale et électro-dessinée

Conception, dessin, vidéo-projections, mise en scène : Clémentine Poquet
Violon, composition, interprétation : Michael Nick
Chorégraphie, interprétation : Veronica Vallecillo
Composition, programmation : Florent Colautti

avec la participation de Uriel Barthélémi, Marion Faure, Blenno die Wurstbrücke, Frédéric Atlan

« Le monde d’aujourd’hui confirme la présence de la contradiction, de l’ambiguïté. C’est un monde où il y a beaucoup d’espace pour le changement, mais peu de certitudes. C’est une position politique que d’affirmer l’importance du doute. »

William Kentridge

Æther est un spectacle qui mêle dessin, musique électronique, musique acoustique et danse. Tout commence dans un monde de plus en plus saturé par les réseaux de communication jusqu’au court-circuit. Le spectacle nous emmène à l’instant d’après. Il ne reste plus qu’un réseau de câbles obsolètes qui semblent ne mener nulle part. On suit un personnage, seul en scène, en prise à des projections dessinées, insaisissables, passées tellement vite qu’on est à peine sûr d’avoir ouvert les yeux au bon moment.

La narration imagée et non linéaire nous fait basculer dans un univers transversal sur les traces d’un personnage hanté par des projections dont le cheminement rappelle parfois celui d’un rêve.

28600 dessins/monotypes ont été réalisés pour le film,
librement inspirés de mouvements chorégraphiques.

Les images sont réalisées en rotoscopie, technique cinématographique qui consiste à relever image par image la forme d’une figure filmée en prise de vue réelle pour en transcrire la forme et les actions dans un film d’animation.

Fabrique sonore : le Thérémine

Le personnage joue également avec un thérémine, créé pour le spectacle, instrument qui ne nécessite aucun contact physique. Il est composé de deux antennes hertziennes que l’on approche plus ou moins avec les mains, le corps. La charge électrique apporté par le corps de l’instrumentiste à proximité des antennes produit un effet de résistance, de variation électrique. Dans sa forme traditionnelle, la première antenne permet de modifier la hauteur du son, la seconde antenne permet de modifier le volume. Nous l’utilisons pour faire varier des paramètres sonores dans le logiciel Max/msp.